Faire de la photo instantanée avec un vieux Lomo LC-A

0

Cela fait 11 ans que j’ai publié un article sur la Lomographie. A l’époque j’avais acheté un Lomo LC-A d’occasion à la Foire photo de Bièvres pour une modique somme. Je me suis un peu amusée avec. J’aimais le rendu mais il ne me semblait pas aussi trashouille que je ne l’aurais souhaité.
Après quelques mois d’utilisation, petit Lomo est retourné dans sa boite et n’a plus servi ! Cela faisait déjà quelques temps que l’idée de le transformer en appareil photo instantané me trottais dans la tête et j’ai décidé de sauté le pas !

La lomographie toujours à la mode

L’engouement pour la lomographie n’a pas baissé depuis 10 ans et un site lui est même consacré. Le bon vieux Lomo LC-A trouvé sur une foire photo avec son « made in URSS », s’est vu remis en production et vendu sur le site Lomography. On peut donc désormais trouver des appareils neufs (mais cher) avec le version 35mm avec objectif Minitar et même une version « wide » en 17mm.

Pas mal d’appareil et d’objectifs photos ont refait surface et ont été reproduit. Pour le domaine argentique mais aussi pour le numérique.

La lomographie instantanée

Mais ces dernières années c’est surtout la photographie instantanée qui a repris le haut du panier ! Avec le formidable pari de Fujifilm en lançant ses 2 formats Instax (mini et wide). Mais aussi la ténacité des anciens de chez Polaroid qui n’ont pas laissé mourir les anciens appareils de la marque avec leur Impossible Project devenu il y a peu Polaroid Original.

Grace à Lomography, un passage est donc né entre la photo lomo et l’instantané en créant des appareils lomo instantané mais aussi en donnant la possibilité via des dos a rajouté sur les anciens ou nouveaux appareils 35mm de leur donner la possibilité d’être reconverti.

C’est donc dans cette aventure que je me suis lancée, non pas sans mal car mon appareil lomo est vraiment ancien avec tous les soucis que cela peut comporter : soucis techniques de l’appareil, pièces différentes ou appareil moins adapté au dos commercialisé.

Convertir son vieux Lomo en appareil instantané

Tout commence par l’achat du dos « Instant Back + » pour Lomo LC-A.

Suite à cela il va falloir démonter la porte arrière du Lomo en démontant la charnière d’origine. Ça été l’opération la plus délicate pour plusieurs raisons :

  • Possédant un Lomo d’origine, les vis de la charnière sont de type fendu. Sur les nouveaux Lomo ce sont des vis cruciformes qui sont posées. Le kit du dos n’est composé que d’un tournevis cruciforme.
    Il faut donc racheter une boite de petits tournevis.
  • La colle sur les vis, et la dureté pour les dévisser sans les casser a été un vrai casse-tête ! J’ai dû m’y reprendre à plusieurs reprises !

La pose en elle-même est assez simple. Un manuel est fourni avec le dos, mais celui fait référence à des photos ou schémas non présent dans le manuel… le fonctionnement est décrit un peu trop brièvement également.

Il faut noter que le dos a été conçu pour les nouveaux Lomo et non les anciens ce qui peut poser des soucis notamment dans l’utilisation décrite dans le manuel.
En effet avec un vieux Lomo il faut prendre en compte que l’appareil doit avoir ses piles, qu’il faut armer l’appareil et faire donc l’embobinage à chaque photo !

Réparer son Lomo LC-A

Une fois monté, c’est l’heure de vérité et l’excitation de sortir sa première photo instantanée !
Le succès n’est pas au rendez-vous. Impossible de prendre une photo avec le Lomo. La molette me semble au premier abord coincé par le dos. Au final il n’en est rien, elle est juste grippée ou coincée.
Après une recherche j’en déduis qu’il y a un souci avec l’obturateur. Un démontage de l’appareil s’impose.

Après avoir démonté et trifouillé l’appareil j’arrive de nouveau à déclencher ! Je remonte le dos et c’est partie pour les photos !
Il faut donc armer l’appareil, déclencher, puis appuyer sur le bouton rouge derrière le dos Instant pour faire sortir l’instantané.
Le plus compliqué pour une belle photo réside de bien choisir les ASA. Selon les conditions de luminosité il faut gâcher quelques images… Bien penser également à choisir sa distance de mise au point et ouverture. A noter qu’il y a un décalage de mise au point et qu’il faut en prendre en compte dans le calcul.

En espérant que cet article vous aura donné envie de tenter l’expérience avec un Lomo ou autre d’ailleurs !

Share.

About Author

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.