Réussir un shooting photo quand les conditions ne sont pas réunies

0

Réussir un shooting avec modèle n’est pas toujours aisé. Souvent car les conditions idéales ne sont pas toujours réunies. Il arrive que pour obtenir un résultat, faire preuve de créativité devienne également nécessaire. Voici un tour d’horizon des situations et d’idées pour s’en sortir

Faire des photos dans de bonnes conditions

Cela génère pas mal de frustration quand on a décidé de s’accorder une matinée ou journée pour faire des photos et que les conditions ne sont pas au rendez-vous. Dans nos vies assez chargées on a peu de temps pour notre passion, et quand on passe du temps à organiser une séance on souhaite qu’elle se passe au mieux. Quand tout ne va dans notre sens c’est de la déception plutôt que le plaisir de faire des images que nous apporte la photographie et ici il est important d’avoir une vision élargie des possibilités qui s’offrent à nous pour réaliser de belles images qui nous plaisent même si leurs réalisations peuvent s’avérer compliquées.

Pour que le plaisir de faire des images soit au rendez-vous finalement la qualité première sera : l‘adaptation et la capacité à remettre en cause une idée ou bien la capacité à la mettre de côté le temps de trouver les conditions idéales pour la réaliser.

Faire des photos de modèle sans modèle

Quand on réalise des images avec des modèles, la première condition à remplir c’est bien entendu : d’avoir un modèle ! Et même si cela semble simple sur le papier dans la réalité il peut en être autrement.
Organiser une séance photo en collaboration peut se révéler laborieuse. Trouver un créneau horaire, un lieu, se déplacer prend parfois pas mal de temps pour que photographe et modèle trouvent un temps commun.
Je vois pas mal de photographe se plaindre de modèles qui annulent, ne viennent pas etc. Et c’est là, le premier obstacle à la réalisation d’une séance.

Parfois on a une idée et pas de modèle. Pourquoi ne pas essayer l’auto-portrait ?

Quelles solutions dans ce type de cas :

  • Les sites dédiés aux modèles : book.fr, modelmayhem etc
  • Les réseaux sociaux : il existe des groupes dédiés sur Facebook par exemple.
  • Les amis : pourquoi aller chercher loin ce qui peut être près de nous. Les amis peuvent se révéler de bons modèles ou au pire vous passerez un bon moment avec eux.
  • Remettre la séance : si vraiment vous ne trouvez personne, n’hésitez pas à remettre à plus tard votre séance plutôt que de vous forcer à faire des photos que vous ne voulez pas faire.
  • Faire de l’auto-portrait : parfois on est jamais mieux servi que par soi-même.

Rencontrer le modèle au préalable et déterminer si le projet l’intéresse et si c’est quelqu’un qui parait sérieux : une bonne communication sur le projet sur l’humain.

Quand le beau temps n’est pas au rendez-vous

La météo est surement l’élément le plus imprévisible qui soit. Pour réaliser un shooting en général pour définir ses disponibilités il faut s’y prendre à l’avance. Quand la météo est capricieuse et que l’on ne sait pas du jour au lendemain comment elle sera, il s’avère compliqué de ne pas être frustré.

Quand on a une idée précise en tête de ce que l’on souhaite obtenir ce n’est pas toujours facile de ne pas pouvoir la réaliser à l’identique et devoir reporter. Pourtant, il arrive que l’idée de base puisse évoluer ou donner autre chose. Par exemple je suis partie en Normandie pour faire des photos de blockhaus. Je voulais un ciel bleu et une ambiance tranchée. Malheureusement en arrivant sur place il y avait de l’orage. Pourtant cette ambiance à l’opposé de ce que je souhaitais a donné du cachet aux images que j’ai réalisé.

Le mieux est donc de reporter si vraiment on tient à une météo particulière ou justement de voir ce que l’on peut tirer de l’instant présent.

Prévoir un plan B, C ou même D

Pour éviter trop de frustration, je trouve pour ma part que la préparation reste l’atout majeur. Avoir plusieurs idées de shooting, de séance ou de lieu afin de pouvoir temporiser selon les interactions extérieures.
Avoir plusieurs possibilités me rassure et me laisse une certaine liberté d’action. Je ne me retrouve pas devant le fait accompli de devoir reporter. Bien sur ça dépend de chacun. Je sais que certains photographes ne feront que l’idée précise qu’ils ont en tête et resteront patient au meilleurs conditions.

Pour ma part je suis de celles qui prépare au mieux afin de pouvoir sortir du cadre au besoin.

Laisser la place à l’imprévu

Ce n’est pas un exercice simple. Quand on débute dans un domaine il est plus rassurant de se préparer au maximum. Grande stressée, j’ai besoin de « contrôler » et d’avoir des points d’accroche. Ces points me permettent également de sortir du cadre que je me suis imposée.

Je fais des petits croquis pour poser mes idées et montrer à mon modèle ce que j’aimerais faire

Ainsi sur séance photo 50% sort de ma tête et est préparé en amont. Le reste se fait sur le moment, le ressenti ou s’il y a un modèle, ce que lui/elle aimerait tester. L’imprévu a de magique que notre esprit n’y avait pas pensé ou imaginé et on arrive a des moments assez uniques en terme de créativité. Une certaine fluidité de l’instant présent. C’est une sorte de lâcher prise et même si réaliser une idée que j’ai imaginé en amont me donne beaucoup de satisfaction, je trouve que le lâcher prise est émotionnellement plus fort.

Exemple d’un shooting avec un souci de météo

Ainsi dans les photos qui suivent, je souhaitais réaliser depuis très longtemps des images d’une modèle dans l’eau. Le conte d’Ophélie m’a toujours fasciné et même si le thème est vu et revu j’avais envie de l’expérimenter.
Je choisi une période où il fait encore chaud, le météo semble au beau fixe pour le jour du shooting. Le jour J, le temps est couvert, il fait frais, voir même il y a une légère pluie. Ce ne sont clairement pas les conditions idéales et prévue pour mettre une modèle dans l’eau glacée d’un étang.
Nous décidons de faire les photos dans l’eau à la fin pour ne pas se retrouver gelé dès le départ.

 

Si le shooting de départ était clairement des photos dans l’eau et que j’en ferais quelques unes, je n’aurais pas la possibilité d’expérimenter ce que j’avais en tête et je sortirais quelques images moins travaillées que je ne l’aurais souhaité. Les photos avant l’entrée dans l’eau ne seront pas préparées. J’avais quelques idées de photo dans la nature mais rien de précis. Tout se fera donc sur le moment et je suis très heureuse du résultat.

   

En conclusion

Pour que la photo reste un plaisir malgré les conditions pas toujours au top, on peut noter qu’il faut accepter le fait que les conditions ne peuvent pas être réunies et décider si on reporte le shooting pour construire de meilleures conditions ou on s’adapte à la situation, et on remet en cause l’idée de base. 
On prépare au mieux son shooting à l’aide de croquis, images de références.
On teste de nouvelles choses ou idées.
Si ça ne marche pas c’est pas grave. Parfois le hasard fait bien les choses, des fois non, mais tester permet de sortir de sa zone de confort et d’expérimenter.
Et surtout : on se fait plaisir ! On lâche prise et on prend ce que le moment nous donne.
Bonnes photos !

Share.

About Author

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.