Se promener dans les dunes et découvrir des des engins militaire au gré d’une randonnée. C’est ainsi que l’on peut découvrir ces anciens chars, laissés à la merci des éléments sur cette ancienne base militaire.

Un ancien champs de tirs

Les plages du débarquement allié de Normandie, portent toujours les stigmates de ce 6 juin 1944. Des dizaines de milliers de soldats déferlent alors sur ses 5 plages . Aujourd’hui la plupart des traces sont celles du mur de l’Atlantique, ces fortifications aux allures de paquebots échoués. Construits par le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre Mondiale afin d’empêcher l’invasion des alliés depuis la Grande-Bretagne.

On peut également découvrir, cachés dans les dunes, d’anciens véhicules militaires. Ce type de modèles était alors utilisé pendant la Seconde Guerre Mondiale. Malgré mes recherches, je n’ai pas réussi à savoir si ces véhicules présents ont servi ou non pendant le Débarquement.

Photo : Robert Capa, Débarquement d’Omaha Beach, 1944.

Cachés dans les dunes, à la merci des éléments et de quelques personnes malintentionnées laissant des  traces contemporaines de leurs passages.

Les chars fantômes

Cet ancien périmètre militaire fut pendant de nombreuses années le champ de tir de soldats.
En effet, ceux-ci s’exerçaient à tirer sur les cibles installées au pied des dunes ainsi que sur les engins rescapés du Débarquement. On peut d’ailleurs très nettement constater les traces de tirs sur les carrosseries.
La zone rachetée par le Conservatoire du Littoral qui souhaite un retour à la nature et la démilitarisation du lieu se heurte au coût très élevé qu’engendrerait le rapatriement des véhicules, pourtant destinés au musée.

On peut ainsi découvrir des chars M4 Sherman, des M3 Half-Track ainsi que des Panhars EBR-90 (Engin Blindé de Reconnaissance).

Chars M4 Sherman

C’est un char américain produit à environ 50 000 exemplaires. Il est utilisé pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais il restera par la suite longtemps au service de l’armée française. Le nom de « Sherman » n’est pas la marque du char mais un surnom donné par les Britanniques, qui ont pour tradition de nommer les chars d’origine américaine par le nom d’un général de la guerre de Sécession. Fiable et doté d’améliorations au fil du temps, il devient une référence et servira de nombreux conflits comme la Guerre Froide.

chars-sherman

M8 Greyhound

Le M8 est un véhicule blindé à roues produit par la Ford et qui fut utilisé par les Alliés pendant de la Seconde Guerre Mondiale. Il pouvait recevoir 4 personnes : Le pilote et le radio-opérateur se trouvaient dans la partie avant de la coque, les deux autres équipiers dans la tourelle. Surnommé Greyhound par les Britanniques.

M3 Half-Track

Panhars EBR-90

Le Panhars est un Engin Blindé de Reconnaissance (EBR) français. Il fut au service de l’armée de 1951 à 1984. Que font-ils donc sur la dune comme ils n’ont pas participé au Débarquement ? En effet en 1940 on en est au prototype plutôt qu’à la production en série.
Cet engin a de particulier qu’il peut circuler dans les deux sens. Il dispose en outre deux postes de conduite. Il se compose de huit roues motrices dont 4 au milieu entièrement métallique qui se relève pour la conduite sur route. Le blindage est conçu pour résister aux effets des mines.

Panhars EBR

Vidéo au drone de la zone

Pour se mettre en immersion dans la zone, rien de tel qu’un survol du lieu pour découvrir de haut ces squelettes métalliques. Parfois perdue dans un trou, dans l’eau ou juste le haut dépassant d’une dune, cette balade prend des allures de chasse au trésor du passé.

Ressources et références :

Partager.

Auteur

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.