Abandonnée dans la nature un peu contre bas, on peut découvrir depuis la route l’ancienne gare des Forges d’Abel.

Les Forges d’Abel

Le nom, pour le moins curieux du lieu-dit, m’encourage à faire des recherches sur l’origine de cette dénomination. Les « Forges d’Abel » étaient une petite usine sidérurgique, qui fut modernisée et exploitée par Frédéric d’Abel, un maître de forges originaire de Stuttgart, entre 1828 et 1850

En 1813, en se rendant aux mines de Guadalcanal, en Andalousie avec d’autres de mineurs allemands, il se retrouve bloqué à la frontière espagnole en raison de la guerre d’indépendance espagnole. Il reprend alors  une petite forge qu’il modernise et réussit à obtenir des commandes de projectiles d’artillerie pour l’armée à l’époque de l’Expédition d’Espagne.

Quelques années plus tard, il s’installe à Urdos, dans la vallée d’Aspe, où il reprend une forge inactive depuis 1803. Bien placé pour le commerce et le transport du minerai de fer et du charbon de bois. Frédéric d’Abel obtient ainsi de nouvelles commandes pour l’artillerie.
Son nom reste ainsi attaché au lieu-dit mais de son usine il ne reste rien.

Ancienne gare des Forges d’Abel

La gare des Forges d’Abel est la dernière gare française avant de passer en Espagne, en empruntant le tunnel du Somport long d’environ huit kilomètres. Elle est actuellement en un état d’abandon.
Sa dernière utilisation comme colonie de vacances de la SNCF, avec les bâtiments de ceux ci à quelques mètres de la gare ne donne qu’un spectacle silencieux d’un lieu du temps passé.

Le tunnel ferroviaire frontalier est construit entre 1908 et 1915, permettant de relier la France et l’Espagne par la ligne Pau – Canfranc. Le tunnel est officiellement achevé en

La catastrophe du pont de l’Estanguet

L’accident du pont de l’Estanguet entraîna la fermeture de la ligne Pau-Canfranc. Le convoi formé par deux locomotives patine à cause du givre. Les freins lâchent un peu plus tard à cause d’une chute de tension et le convoi de neuf wagons dévale la pente avant de chuter et détruire le pont métallique de l’Estanguet.

Depuis 1970, cette partie du tunnel n’accueille plus la circulation des trains, désormais, il y a le service technique du tunnel routier du Somport.

Ressources :

Partager.

Auteur

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.