Le château est l’ancienne résidence de la famille Burrus, industriels et bienfaiteurs de la commune où a été construite en 1900 cette demeure. En état d’abandon depuis de nombreuses années, le temps n’a malheureusement pas été la seule cause de sa dégradation. En effet, c’est l’un des lieux urbex les plus connus de la région Grand Est, aussi appelé Manoir à la Verrière ou au Puits de lumière.

Historique de la villa Burrus

A la fin du XVIIIe siècle, les Burrus, des paysans alsaciens, fabriquent des rouleaux de tabac à fumer et à chiquer. Malgré une libéralisation du marché à la Révolution française, Napoléon remet en place le monopole du marché du tabac en 1811. Martin Burrus, part donc s’installer à la frontière, en Suisse à Boncourt. Son entreprise deviendra un empire industriel transmis sur six générations.

En 1868, François-Joseph, héritier de Martin Burrus transmet l’empire à quatre de ses cinq fils. Deux, poursuivront l’activité à Boncourt. Les deux autres retournent en Alsace pour y implanter une filiale, à Sainte-Croix-aux-Mines.

Villa burrus

Villa Burrus https://valdargent.bibenligne.fr/historique

Le château quant à lui a été construit en 1900, dans un style néo-baroque par Pierre-Jules Burrus, descendant d’un des fils revenus en Alsace. Il est dessiné par les architectes strasbourgeois Jules Berninger et Gustave Krafft. Maurice Burrus héritera du château.

De la prospérité à l’abandon

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le château est réquisitionné et transformé en centre de formation pour officiers SS.

Burrus

Maurice Burrus poursuivit l’activité de la manufacture de tabacs jusqu’en 1947. En effet l’État remet en place un monopole sur le tabac. Maurice Burrus décède en 1959 et le château fut ainsi vendu à une congrégation religieuse souhaitant en faire un centre de vacances. Mais devant le coût des travaux, il est finalement revendu à des personnes privées.
Le bâtiment est délaissé depuis les années 1990, mais en 2021 un couple rachète le château afin de lui donner une nouvelle vie.

Beauté architecturale et abandon

Visité en 2013, ce lieu m’a inspiré photographiquement. Empreint de solitude, les volets fermés cachent ce qui reste de ce château et de son faste d’autrefois. La salle rouge particulièrement, avec ses dorures, tapisseries et colonnes en marbre. Le délabrement ne peut cacher la grandeur et l’opulence de cette salle.

chateau burrus diane dufraisy

chateau burrus sous sol
Deux années se sont écoulées entre le moment où j’ai réussi à localiser le château et le visiter. Malheureusement, vite connu des explorateurs, les détériorations seront de plus en plus nombreuses. J’ai eu la chance de pouvoir le visiter avant que le grand miroir de l’entrée ne soit cassé.

chateau burrus

chateau burrus

Ce lieu est assez cher à mon cœur. C’est la dernière exploration que j’ai réalisée en présence d’un ami explorateur aujourd’hui décédé, Mathieu Ritter. Ce jour-là nous étions un petit groupe. On descend par un talus abrupt pour se retrouver derrière le château. La porte est ouverte et l’on découvre ce magnifique château. A cette époque le miroir est encore présent et renvoie le reflet de l’immense hall. La lumière est magique venant du plafond grâce à la verrière.
Je visite chaque pièce à l’étage et je profite pour prendre quelques clichés de Mathieu.
Bizarrement c’est une des seules personnes que j’aurais prises en photo durant mes années d’explorations.
Comme si inconsciemment je voulais un garder un souvenir.

Série photo – Ce qui n’est pluschateau burrus

Devenir du château Burrus

Depuis le 30 novembre 2021, la SCI Framy est propriétaire du château Burrus. Myriam Bassa, et son compagnon Frank Ansel souhaitent redonner vie au château en le louant pour des cérémonies, et des gîtes de luxe. Ce château n’est donc plus un lieu urbex.
On leur souhaite de réussir dans ce projet et nous avons hâte de découvrir sa nouvelle vie.
Pour suivre les travaux, ils ont créé un compte Instagram @chateauburrus.off

Sources :

Partager.

Auteur

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.