Carrière aménagée en abri de défense passive

0

Située dans une ville en pleine transformation depuis quelques années. En 10 ans le quartier a complétement changé. Il subsiste tout de même quelques marques de l’histoire dont un petit bout de carrière, utilisé comme abri de défense passive pour les employés des chemins de fer.

Exploitation des carrières

Les carrières ont été exploitées entre 1880 et 1938 afin de fournir de la pierre calcaire à bâtir. La technique d’extraction était par hague et bourrage avec des galeries maçonnées.
Aujourd’hui une bonne partie est comblée afin d’éviter d’éventuels fontis. Le propriétaire de la carrière la louait aussi à des champignonnistes pour faire pousser les champignons de Paris.

On peut remarquer la présence d’arches qui étaient une première démarche de consolidation.

Aménagement en abri de défense passive

Durant la Seconde Guerre Mondiale, la carrière a servi d’abri de défense passive. Pour cela des aménagements ont été réalisé. On remarque des pylônes en métal dans la première salle de l’entrée ainsi que la seconde.
La particularité de ces pylônes c’est que le site étant situé sur un emplacement des chemins de fer, les pylônes utilisés sont ceux pour les caténaires.

On peut également trouver des inscriptions peintes sur certains murs : les indications de l’abri.
Les gens étaient triés, afin de soigner ceux qui étaient touchés et ceux juste venu s’abriter.

La société ayant réalisé les aménagement en abris a laissé une inscription sur l’un des murs. En levant la tête dans la troisième salle on peut voir « Entreprise Bersant et Cie 1939 »

Devenir de cette carrière

Le but de cet article est de garder une trace de cette carrière qui malgré sa petite taille est un des plus beaux abris de défense passive en carrière que j’ai eu l’occasion de visiter. Malheureusement en plein champs des travaux, ce petit bout de carrière plusieurs fois raboté va finir par disparaitre sous peu de temps.

Share.

About Author

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.