Cigéo : Le centre de stockage des déchets radioactifs

0

Cigéo est un projet de centre de stockage profond des déchets radioactifs. Il se trouve à Bure, dans la Meuse et est conçu pour stocker les déchets hautement radioactifs et à durée de vie longue. Ces déchets sont produits par l’ensemble des installations nucléaires actuelles, la recherche ou la médecine et par le traitement des combustibles usés utilisés dans les centrales nucléaires. Invitée à découvrir Cigéo, je vous propose de découvrir le lieu en photo et de plonger 500 mètre sous terre.

Stockage et protection des déchets radioactifs

La plus grande partie de l’électricité produite en France est d’origine nucléaire. On dénombre 57 réacteurs en activité répartis sur 19 sites. Cette production d’électricité génère des déchets radioactifs et certains d’entre eux en raison de leur grande radioactivité ou de leur durée de vie longue demandent une attention spécifique et un stockage spécial.
En 1991 la loi « Bataille » définit 3 axes de recherches pour les déchets radioactifs : séparation/transmutation, entreprosage en surface, stockage profond. En 2005 le CEA et l’Andra remettent un rapport de 15 ans de recherche sur ces axes. l’ASN remet son avis sur 3 propositions:

  • La séparation et la transmutation : ne permet pas l’élimination de tous les déchets
  • l’entreposage de longue durée : ne peut pas constituer une solution définitive
  • Le stockage profond : le stockage en formation géologique profonde est une gestion de solution définitive qui apparait comme étant la meilleure solution.

L’Andra mènera pendant 3 ans des recherches afin d’identifier les sites géologiques favorables. Le site de Bure dans la Meuse est validé par le gouvernement afin d’établir un laboratoire souterrain. Sa construction commencera en 2000. Il sera situé à -490 mètres de profondeur et constitué à ce jour de 1600 mètres de galeries.

Un laboratoire profond à -490 mètres

Ce laboratoire est réalisé dans une couche sédimentaire argileuse vieille de 160 millions d’années (les argilites du Callovo-Oxfordien). Le choix de cette couche a été fait en raison de sa stabilité et sa très faible perméabilité ce qui convient au confinement de la radioactivité à très long terme.

Laboratoire Cigéo

La dangerosité des déchets radioactifs diminue au fil du temps, mais certains resteront dangereux pendant plusieurs centaines de milliers d’années. Leur stockage en profondeur vise donc à les isoler de l’humain et de l’environnement.
Ils sont classés en 2 catégories :

  • HA : Pour Haute Activité, qui sont principalement produits par le traitement des combustibles usés des centrales nucléaires. Ceux-ci seront mélangés à une pâte de verre en fusion puis coulés dans un cylindre en inox.
  • MA-VL : Pour Moyenne Activité à Vie Longue, qui sont des déchets variés, comme par exemple les structures métalliques qui entourent le combustible. Ceux-ci sont conditionnés dans des cylindres métalliques ou en béton.

Colis HA / Colis MA-VL et débris métalliques issus des traitements du combustible usé

Il faut noter que les déchets HA et MA-VL ne sont qu’une petite partie des déchets produits. 90% des déchets engendrés sont de faible activité ou de moyenne activité à vie courte. Ils peuvent donc être stockés en surface dans des centres dédiés.

Processus de stockage

Le processus de stockage sera le suivant : les déchets MA-VL seront stockés dans des cuves d’acier puis dans du béton, alors que les déchets HA seront mis dans des tubes d’acier de plusieurs centimètres d’épaisseur. Ils arriveront en transport ferroviaire, pour ensuite être contrôlés puis insérés dans une hotte de transfert qui fera office de radioprotection puis envoyé vers l’espace de stockage souterrain à l’aide d’un funiculaire.

Colis de déchets MA-VL

  1. Tubes d’acier des déchets MA-VL insérés dans le coffre de béton
  2. Les coffres de béton finis et rangés
  3. Hotte de transfert (normalement elle est entièrement fermée, là c’est à titre de démonstration)
  4. Tests de chutes des colis

Tubes d’acier dans lesquels on insère les tubes-colis de déchets HA

Parcours des colis, cliquez sur l’image pour voir en plus grand

Il faut noter que suite à la loi du 25 juillet 2016, la réversibilité du stockage est ancrée dans le projet. En effet les colis sont descendus sous terre mais peuvent également être ressortis, par exemple si un meilleur processus de stockage ou de traitement des déchets nucléaires est découvert dans les générations à venir.

Voyage au centre de la Terre

À une telle profondeur on ne badine pas avec la sécurité : avant de descendre nous sommes formés sur nos déplacements, les consignes de sécurité en cas d’incendie et concernant notre équipement :  car en plus de l’équipement obligatoire sur un chantier (casque, chaussures coquées, gilet fluo…) nous seront affublés d’un talkie-walkie avec géolocalisation des utilisateurs et d’un APEVA (masque de fuite pour les évacuations d’urgence).


C’est par un ascenseur que nous descendrons pendant 5 bonnes minutes au plus profond du laboratoire. En dessous, l’activité est intense pour creuser les différentes galeries qui le composent.

Ascenseur et monte-charge

On arrive dans une première galerie en cours de « marinage », qui désigne l’opération de chargement et le transport des déblais provenant du creusement du tunnel. Vu l’exiguïté, ce n’est pas possible de descendre de gros véhicules et cela donne lieu à un balai incessant de chargeuses-pelleteuses afin d’extraire la roche dans les différentes galeries. Hormis une partie creusée par un tunnelier, le reste du chantier est réalisé par creusement traditionnel.

Dans certaines galeries on peut découvrir les expérimentations en cours, notamment pour mesurer la déformation des alvéoles car c’est avant tout un laboratoire.

Visites des galeries

La fermeture de Cigéo et la sureté à très long terme

Comme tout espace de stockage il a été proportionné pour recevoir une certaine quantité de déchets pendant un nombre d’années défini. À terme le site sera refermé pour que la barrière géologique puisse jouer son rôle de confinement. Les risques sont évalués en amont (séismes, érosion, intrusion). Ainsi, Cigéo résisterait par exemple à la plus forte magnitude sismique.
Le calendrier prévisionnel serait la réception du premier colis de déchets vers 2030. En 2035, le démarrage de l’exploitation courante et la fermeture vers 2150.

Cette visite permet de mieux comprendre comment sont traités les déchets radioactifs, leur classification, leur entreposage et stockage. De mettre également le doigt sur la quantité de déchets que peut générer une centrale nucléaire, le tri et les moyens mis en œuvre afin de protéger au mieux l’environnement et les prochaines générations.

Share.

About Author

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.