L’hôpital psychiatrique Maison Blanche

2

C’est une exploration qui aura demandé plusieurs visites afin de pouvoir tout visiter. Réalisée en 2014, je publie aujourd’hui cet article comme le site n’est plus faisable. Les hôpitaux sont sans nul doute les sites les plus grands et complets en terme d’exploration. Celui de Maison Blanche est d’autant plus intéressant par son histoire et les traces cinématographiques qu’il laissera.

Historique de l’hôpital psychiatrique Maison Blanche

La capacité de l’asile de Ville Evrard étant jugée insuffisante, un deuxième complexe est construit. On lui donne le nom du lieu-dit où il est construit : Maison Blanche. Construit en 1894 de l’autre côté de la route, le projet promet de recevoir en asile 700 femmes et 500 hommes traités pour alcoolisme. Finalement à son ouverture il ne sera réservé qu’aux femmes.

Carte postale 1907 – Auteur Imp.Faucheux, Chelles

Afin de définir l’architecture des lieux un concours public est mis en place. Ce sera Georges Morin-Goustiaux qui le remportera en proposant un bâtiment principal en forme de château.
Cet architecte issu de l’école des Beaux-Arts, remporte plusieurs prix prestigieux et réalisera entre autres les anciens magasins généraux quai d’Austerlitz et le pavillon des États-Unis à l’Exposition Universelle de 1900.

Comme tout hôpital, celui-ci évolue au fil de ses différentes périodes d’existence. Il ouvre officiellement en 1900 et sera composé de 14 pavillons pour recevoir les patients ainsi que ceux lié à la gestion du lieu : un potager, une blanchisserie, bâtiment administratif, cuisine etc.

Centre hospitalier de Maison Blanche – Source Atlas Architecture et Patrimoine de Saint Denis

En 1909, il est de nouveau complété par de nouveaux bâtiments et réalisé sur un modèle allemand de « village asile ». La  période d’entre deux guerre montre un manque de place mais il faudra attendre la période des années 30 pour voir la construction d’une sanatorium, d’une morgue, une centrale thermique et sept nouveaux pavillons.

L’hôpital et les deux conflits mondiaux

La Première Guerre Mondiale modifie la destination du lieu. L’asile est converti en hôpital militaire afin de soigner les blessés de guerre. Il reprendra sa fonction d’asile après la guerre.
La France prend une série de mesures destinées à organiser la défense passive de son territoire et l’hôpital s’y prépare doucement à partir de 1938. C’est ainsi que diverses mesures sont prises : la constitution de stocks, le camouflage de bâtiments en tôle d’acier, l’aménagement de tranchées, l’installation d’un poste de secours dans un sous-sol, la formation d’équipes de secours, ainsi que l’essai des masques à gaz par chaque agent et certaines malades tranquilles.
Le directeur de l’établissement souhaite l’évacuation des malades en province mais cela ne sera pas accepté et en juillet 1940, l’hôpital se retrouve en zone occupée. Le taux de mortalité s’en trouve touché et va en augmentant, à cause des différents rationnements et du manque de chauffage.

Une exploration gigantesque

Maison Blanche fait partie de ces lieux que nous ne pouvons explorer en une seule fois. En effet il existe de nombreux bâtiments et leur exploration prend du temps. En tout j’ai du y aller 3 fois afin de bien l’apprécier et j’ai même établie une cartographie des bâtiments que j’ai visité afin de m’y retrouver où de formaliser ce que j’ai pu glaner en images sur internet.

Une partie des lieux, utiliser pour le tournage d’une série française à été plein de surprise anachronique, sans compter la visite de décor et de découvrir que les pierres ou éléments posés ça et là étaient en polystyrènes.

Des bâtiments plus récents donnent une autre ambiance, tout aussi glauque mais plus lisse, avec un peu plus d’ameublement que dans les parties anciennes.

Dans un des bâtiments un alignement de chambre avec un seul lit laisse entrevoir l’enfermement. Cela me rappelle les cellules de la prison de Loos. Une des chambres est munie aux fenêtres de plaques de plexiglas empêchant son occupant d’ouvrir la fenêtre. Le lit lui-même est cloué au sol. On ressent ce côté malaisant et l’angoisse de ce lieu qui a côtoyé la folie.

Filmographie

Un village français
L’hôpital en état d’abandon a servi pendant pas mal de temps de lieu de tournages diverses et variés. On pourra noter la série française « Un village français », qui retrace la chronologie de l’Occupation allemande dans une petite sous-préfecture fictive du Jura non loin de la ligne de démarcation.


L’équipe de tournage établira ses quartiers de nombreux mois dans un des bâtiments du complexe hospitalier. Plusieurs salles sont alors décorées en fonction des scènes. Une autre partie servira au stockage des nombreux éléments de décor.

Ne le dis à personne
Le tournage du film semble s’être effectué dans l’hôpital de Ville-Evrard juste en face avec l’utilisation de certaines parties non utilisées. Après re-visionnage du film, les parties présentées ne me rappelle pas la partie de l’hôpital Maison Blanche. Je peux néanmoins me tromper.

Marianne
La nouvelle série d’horreur de Netflix est en parti réalisée dans cet hôpital. L’école du phare dans la série utilise les extérieurs mais aussi couloir et salles. Le carrelage assez spécifique est bien reconnaissable.

©Netflix Marianne 2019

Devenir du site

Sur les 59 hectares du site de l’ancien hôpital Maison Blanche, le début des travaux afin de créer tout d’abord 500 logements neufs ont débuté. La livraison et l’arrivée des futurs habitants à partir de fin 2019. C’est un projet assez énorme, en plusieurs phases qui proposera quelque 4 200 logements neufs à terme. Certains bâtiments seront conservés (je n’ai pas trouvé de liste exacte de ceux-ci).
Dans tous les cas, ce site n’est plus explorable et est passé à une autre vie.

Sources :

Share.

About Author

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

2 commentaires

  1. Mais c’est magnifique !!! C’est un lieu que j’aurais rêvé de visiter ! C’est juste dingue toute l’histoire qu’il renferme ! Les photos sont magnifiques !

  2. Les chambres sont assez malaisantes je trouve… Il suffit de se dire que les gens étaient enfermés 24/24 dedans pour que le décor suranné laisse une drôle d’impression. En revanche, je trouve que l’esthétique du lieu est extra. Sur certaines photos, j’ai eu un peu le sentiment de retrouver l’ambiance de Wes Anderson. (Sauf que ses films sont plus choupi qu’un hôpital!)

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.