Les friches industrielles sont sans commune mesure ce que je préfère visiter en exploration ! Les couleurs, les textures et le gigantisme des infrastructures me font particulièrement rêver. J’ai l’impression de me retrouver avec plaisir dans un décor steampunk ou une autre dimension.
Ici une ancienne centrale thermique abandonnée depuis les années 2000.

La centrale thermique de Langerbrugge

Cette visite nous emmène en Belgique, côté néerlandais, pour découvrir cette centrale mise en service en 1914, pour la partie la plus ancienne. La zone industrielle du port de Gent se développe et les besoins en électricité aussi. De plus l’éclairage public devient électrique.
La centrale est idéalement placée entre le canal et le chemin de fer pour l’approvisionnement en charbon.

La société « Centrales Electriques des Flandres », fondée en 1911 prendra par la suite le nom « Elektrische Centralen voor Vlaanderen in Brabant » (ECVB) puis devint en 1990 Electrabel.

Entre 1918 et 1924, six nouvelles chaudières et quatre groupes turbo-alternateurs Brown Boveri prennent place dans la centrale afin de répondre à la demande croissante.

Son expansion continuera avec de nouveaux bâtiments en 1959 puis en 1974 avec l’arrivée d’une turbine à vapeur à destination de l’usine à papier du coin.

Entre 1947 et 1953, deux grandes chaudières Cockerill, sont ajoutées. C’est la salle la plus impressionnante du site d’ailleurs ! L’ambiance est assez folle, entre ombre et lumière. On se croirait dans un faisceau spatial déchu, digne d’un décor de film ou de jeux vidéo.

En 1959, c’est l’arrivée d’une turbine à vapeur du monobloc de grande capacité. Le combustible utilisé est le charbon mais aussi le mazout. On ne peut pas la louper. Trônant majestueusement dans la grande salle.

Par ailleurs, en 1986, le musée de l’énergie s’établit dans la centrale et connait un franc succès. Le public pouvait découvrir machine et turbine à vapeur. En 1990, les trois grands fournisseurs d’électricité : Ebes, Intercom et Unerg fusionnent et devient Electrabel.
Si en 2001, l’ancienne centrale stoppe définitivement sa production d’électricité. Il ne reste que la partie nouvelle en activité jusqu’en 2011. La centrale s’arrête définitivement car elle ne fournit plus assez l’électricité.
Son démantèlement commence en 2012, date à la laquelle j’ai effectué cette visite photographique.

Sources :

Partager.

Auteur

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.