La station de métro Place des Fêtes dessert deux lignes de métro la ligne 11 et la ligne 7 bis. Cependant, elle possède quelques particularités auxquelles nous ne faisons pas attention, pressé pour prendre notre train, ou juste par manque d’attention et de connaissance dans l’histoire du métro parisien.
Voici quelques secrets que vous pourrez découvrir si vous y passez.

Vestiges d’un abri de défense passive

Si les stations de métro ont servi d’abris pour la population contre les bombardements, une nouvelle menace celle des gaz devient d’actualité et il est nécessaire d’adapter les lieux. En 1935, la direction générale des travaux de Paris et la préfecture de police de la ville de Paris demandent à la CMP la réalisation d’un abri prototype étanche aux gaz. il s’ensuit la réalisation de deux abris: l’un à la station Maison Blanche sur la ligne 7 et un autre à Place des Fêtes sur la ligne 11.

Ces abris fonctionnent en surpression d’air. La station est encadrée de portes étanches rabattables de chaque côté du tunnel. Les accès des stations sont équipés de portes étanches afin de constituer un sas. Les stations sont mises en surpression d’air par une chambre de filtrage (en tunnel à Maison Blanche et en station à Place des fêtes). Le but de ces chambres est d’aspirer l’air extérieur, de le faire traverser une série de cuves équipées de filtres de purification de l’air. L’air ainsi filtré est envoyé dans un conduit de ventilation par un ventilateur.

Devenu local technique, il ne subsiste malheureusement plus la salle de filtration, mais on peut remarquer des détails en station, comme ce conduit encore présent dans une partie du tunnel. La partie avant visible dans la station a été supprimée.

Le conduit à l’époque, photo fond photo RATP – Conduit visible dans le tunnel désormais

La chambre de filtration donnait sur le quai afin de changer les filtres plus facilement.
On pouvait remarquer une porte caractéristique des abris, ouverte sur le quai. Après réfection, cet accès est comblé et il ne reste plus qu’un panneau métallique avec des aérations.

Chambres des filtres – vue du quai depuis la chambre des filtres photo de J.Latour – Accès chambre des filtres désormais

Escalier de sortie et un ancien ascenseur

C’est par un chemin dérobé que nous accédons à cette partie non utilisée de la station. Une ancienne entrée avec son escalier et son ascenseur. D’ailleurs depuis ma dernière visite en 2010, on constate que l’escalier a été rénové ! En effet, près de 100 ans après sa fermeture, cet accès va rouvrir en tant que sortie de secours courant 2021.

Juste avant d’accéder à l’escalier de sortie, une porte mène dans une petite salle dans la pénombre. C’est les vestiges d’un ancien ascenseur pour sortir de la station.
Il ne subsiste que l’espace de l’ascenseur. C’est maintenant une sortie de secours et qui donne sur une grille en surface.


Cette partie n’est bien sur pas accessible à l’usager du métro. Vous ne pourrez que constater la présence d’une grille dans le tunnel du métro (attention à ne pas trop vous approcher, c’est bien entendu dangereux) qui fait partie de l’espace anciennement alloué à cet ascenseur.

Sources :

Partager.

Auteur

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.