On les voit de très loin ces massifs cylindres, souvent crachant de la fumée. Mais parfois ils peuvent être à l’abandon quand l’usine ou la centrale dont ils dépendent sont arrêtées. Qui ne s’est jamais demandé ce que pouvait cacher l’intérieur de ces tours ? Je vous le fais découvrir.

Tours de refroidissement

Sur les sites qui m’ont été donnés de visiter, les tours de refroidissement sont les lieux qui m’ont le plus marqué. Il n’y a pas d’équivalent dans notre environnement urbain, et si on a l’occasion d’en croiser au détour d’une route ou sur un paysage, on ne peut jamais rentrer à l’intérieur; par conséquent de découvrir ce qui la constitue.

Ces tours sont utilisées pour refroidir de l’eau à l’aide de l’air ambiant. C’est donc un échangeur de chaleur entre eau et air. On trouve les tours de refroidissement dans des installations industrielles comme des usines et énergétiques (centrales thermiques, nucléaire…)

Le principe de ces tours : on envoie l’eau réchauffée au milieu de la tour, cette eau au contact de l’air ambiant, remonte et va se refroidir par évaporation et convection.
Une partie de l’eau qui est évaporée va sortir par le haut de la cheminée, grâce à sa forme conçue pour augmenter le tirage. Le dégagement blanc est donc composé de gouttelettes d’eau comme un nuage.
L’eau refroidie est collectée à la base de la tour et renvoyée dans le circuit vers le condenseur.

L’eau acheminée par le milieu de la tour remplit des canaux d’acheminement vers des petits bassins. L’eau débordera et gouttera sur les lattes inclinées jusqu’en bas de la tour.

Bas de la tour de refroidissement

Différentes architectures

Même si le fonctionnement reste le même, toutes les tours ne sont pas identiques.

Tour Electrabel. La petite cabane à été posée pour le tournage d’un film ou clip et n’a aucune utilité dans le fonctionnement de la tour

Tour de refroidissement de la centrale de Ruien

Tour de refroidissement qui était en cours en de construction à Tchernobyl

Mal aimées du paysage

Les tours sont jugés inesthétiques, ce qui va influencer leur design et leur hauteur. En effet pour que le fonctionnement soit efficace, il est nécessaire qu’elles soient hautes. Dans les lieux où cela n’est pas possible on peut voir des tours moins hautes appelées « hybrides » qui auront besoin d’une assistance électrique et de ventilateur pour mener à bien leur mission.

Photo de Peter H

photo DR

Attention, les tours présentées et explorées sont en état d’abandon. Il ne faut surtout pas penser à en visiter en fonctionnement ça serait purement suicidaire. Le lieu est saturé à 100% d’humidité va empêcher le corps de transpirer ce qui va entrainer le risque de perte de connaissance et de décès dans le pire des cas. dans le meilleur des cas si je puis dire une légionellose.

Sources :

Partager.

Auteur

Exploratrice et photographe passionnée d’histoire, mon travail s’articule autour de 2 axes : la photographie documentaire et la photographie artistique. Je réalise des reportages sur les souterrains et lieux abandonnés dans un but documentaire et réalise des photos témoignages afin de garder une trace de ce patrimoine oublié. Mes séries de photos artistiques, réalisées dans des lieux abandonnés deviennent le décor de mises en scène où elle exprime son ressenti des lieux, les sublime et les fait renaître le temps d’une image, en mélangeant rêve et réalité afin de s’approprier le lieu.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.